"Vous êtes trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !"

mardi 7 août 2012

C'est avec surprise que je découvre dans le magazine Europe Echecs plusieurs annonces de tournois avec des limitations sur le classement Elo des participants. Il est fréquent qu'un open soit saucissonné en plusieurs tournois par catégorie Elo. C'est d'ailleurs une bonne politique pour éviter une trop grande disparité de niveau, notamment dans les premières rondes. Par contre, je trouve très étonnant que l'on interdise la participation d'une catégorie de joueurs. Par exemple, l'annonce d'un tournoi interdit la participation de joueurs classés à plus de 2200 Elo. J'ai donc essayé de comprendre la raison de cette discrimination.

Dans un premier temps, je me suis demandé si l'organisateur ne souhaitait pas rassembler uniquement de purs joueurs amateurs. La limite à 2200 me parait néanmoins un peu basse pour différencier l'amateur du supposé professionnel. Si tel est l'objectif, le meilleur moyen est de ne pas distribuer de prix en monnaie sonnante et trébuchante mais de récompenser les plus méritants par des prix en nature de peu de valeurs (coupes, médailles, breloques diverses, casquettes, tee shirts, bouteilles de vin, ...). L'amateur se satisfait souvent de l'honneur éphémère d'avoir gagné et de bomber le torse en montant sur le podium. Mais ce n'est pas le cas du tournoi précité qui est doté d'un premier prix substantiel de 300€ pour seulement deux jours de jeu.

J'ai alors supposé que l'organisateur désirait éviter que l'amateur moyen ne paye, par son inscription, des prix systématiquement gagnés par une minorité de joueurs beaucoup plus forts. Ce raisonnement ne tient pas non plus puisque dans le tournoi pris pour exemple le vainqueur aura probablement un classement proche des 2200. Le joueur moyen ne payera donc pas pour un Grand-Maître classé à 2500 mais pour un fort amateur. Le problème est déplacé mais n'est pas résolu. Dans la plupart des sports faiblement sponsorisés comme le sont les échecs, c'est la masse des participants qui finance par leurs inscriptions les gains d'une petite élite de joueurs supposés professionnels. Il n'y a rien d'immoral à cela puisque les meilleurs joueurs sont récompensés de leur talent et de leurs efforts.

Une autre hypothèse fantaisiste m'est alors venue à l'esprit. Et si le tournoi était organisé par un petit groupe de joueurs classés juste en deçà des 2200 ? En interdisant la participation de joueurs plus forts, ils s'assureraient le gain de bons prix. Une telle machination machiavélique ne peut pas se produire dans le petit monde des échecs !

Mais alors, pourquoi exclure les forts joueurs ? Seraient-ils indésirables ? Le talent serait-il une tare ?

Imaginons un joueur amateur qui, après beaucoup d'efforts, a progressé. Il est fier d'avoir atteint un classement Elo de 2300. Imaginons que ce même joueur, étourdi, se présente à l'inscription du tournoi précité. Il risque fort de s'entendre dire : "Monsieur, je suis désolé, je ne peux pas vous accepter dans le tournoi car vous êtes désormais trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !"
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exercice tactique



© Alain Moal 2012-2019Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 8 juin 2019