Cliquez pour agrandir l'image

Humain, trop humain !

jeudi 2 janvier 2020

En empruntant le titre de la traduction française d'une œuvre du philosophe Friedrich Nietzsche, nous allons nous intéresser à un évènement qui, bien que mineur, a excité le petit monde des échecs. En cette fin d'année 2019, Magnus Carlsen a étoffé son palmarès de deux nouveaux titres de champion du monde (en partie rapide et en blitz). Il affirme ainsi sa domination à toutes les cadences jouées sur un échiquier. Seul le titre de champion du monde de Fischer Random Chess lui a échappé cette année.

Mais je n'écris pas ici pour vanter les mérites évidents de joueur d'échecs du Norvégien mais pour relater la partie qui l'a opposée à Alireza Firouzja, jeune iranien de 16 ans, lors de la 19ème ronde du tournoi de blitz. Celui-ci a démontré l'étendue de son potentiel en décrochant la seconde place du tournoi de parties rapides. Beaucoup voient en lui un candidat susceptible de détrôner le champion du monde en titre dans les années à venir.

Subissant la pression de son adversaire, Carlsen a perdu un pion, puis deux. La nervosité des deux adversaires est évidente lorsqu'on visionne la partie (disponible au moment ou j'écris ces lignes sur youtube). Reconnu pour ses qualités de défenseur, le Norvégien provoque une finale de Fous de couleurs opposées réputée pour accroître ses chances de sauver la partie. Pressé par le temps, son jeune adversaire laisse échapper le gain et malgré trois pions de plus ne peut forcer la forteresse habilement érigée.

C'est à ce moment que l'incident survint. Renversant malencontreusement son Roi, Firouzja perd un temps précieux pour le repositionner et sa pendule indique qu'il a dépassé le temps de réflexion. Il laisse ainsi échapper l'occasion d'accrocher le scalp du champion à sa ceinture.

La position finale de la partie est la suivante :



Comme chacun sait, il n'est pas possible de mater avec Roi et Fou contre Roi. Mais il est possible de mater avec Roi et Fou contre Roi et Fou à condition que ceux-ci soient de couleurs opposées.

Il est amusant de chercher le mat aidé le plus court pour atteindre l'hypothétique position de mat qui aurait pu résulter de la partie si celle-ci s'était poursuivie.



Tout ceci est absurde, me direz-vous, à juste titre.

La logique aurait voulu que la partie soit déclarée nulle car le matériel entre les mains des noirs n'est pas suffisant pour mater sans l'aide très complaisante de son adversaire. Mais, les arbitres ont décidé d'appliquer le règlement à la lettre en désignant Magnus Carlsen vainqueur de la partie sous les yeux ébahis de son jeune adversaire.

Lorsqu'il s'agit de jouer avec les règles, les joueurs d'échecs ne sont pas inférieurs au commun des mortels. Firouzja porta habilement réclamation pour avoir été gêné par son adversaire pendant la partie. En effet, la mimique de Carlsen fut vive lorsqu'il pris conscience de l'étourderie qui lui coûta du matériel. La pression sur les arbitres tournera à l'avantage de Carlsen, puisque la réclamation de Firouzja sera rejetée. Décision logique de mon point de vue mais il aurait pu en être autrement car tout est affaire d'interprétation.

De telles controverses sont monnaies courantes dans les tournois de blitz mais elles ternissent l'image des échecs lorsqu'elles se produisent au plus haut niveau. Celle-ci aurait pu être facilement évitée si le champion du monde n'avait pas accepté le point offert par l'application d'un règlement absurde. Même s'il est difficile de faire preuve d'élégance dans le feu de l'action, c'est de la responsabilité d'un champion du monde d'assumer ce type de décision. Il serait sorti grandi de la confrontation.

Le compétiteur n'est malheureusement pas toujours à la hauteur de l'homme, mais celui-ci est faillible, nous le savons tous.

Il est évident que le règlement dans ce type de position doit être modifié. Lorsque le matériel restant ne permet plus de mater sans l'aide de son adversaire, l'arbitre peut simplement demander au joueur de démontrer de façon convaincante sa méthode de gain. Au risque de paraître ridicule, il sera contraint d'accepter le partage du point au grand bénéfice de tous.

Humain, trop humain, vous dis-je !

La photographie d'Alireza Firouzja qui illustre ce billet est issue du site officiel du championnat du monde.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exercice tactique



© Alain Moal 2012-2020Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : dimanche 26 juillet 2020