Bienne : Carlsen ou Wang Hao, qui a gagné ?

Cliquez pour agrandir l'image samedi 4 août 2012, 16:33

Comme beaucoup de passionnés, j'ai suivi avec intérêt le dénouement du traditionnel tournoi de Grand-Maîtres de Bienne. Un grand nombre de parties spectaculaires y a été joué, souvent conclues par un résultat décisif. La grille finale du tournoi m'a toutefois laissé perplexe. Je vous la livre ci-dessous telle qu'elle a été présentée sur www.chessbase.com qui a eu la malice de présenter le décompte traditionnel des points (1 point pour la victoire, 0,5 point pour la partie nulle et 0 pour la défaite) avant le décompte officiel du tournoi (3 points pour la victoire, 1 point pour la partie nulle et 0 pour la défaite). Avec 4 victoires et 6 nulles, le n°1 mondial Magnus Carlsen (7/10) n'occupe que la seconde place derrière le Chinois Wang Hao auteur d'un remarquable tournoi avec 6 victoires, 1 nulle et 3 défaites (6,5/10). Le décompte des points utilisés dans ce tournoi est évidemment destiné à favoriser le joueur qui remporte le plus de victoires avec l'arrière pensée d'augmenter la combativité des protagonistes.

Combattre les parties nulles qui s'achèvent sans combat avant le vingtième coup est certainement louable. Mais il ne faudrait toutefois pas remettre en cause l'essence de ce jeu au profit d'un supposé spectacle. Même si nous ne sommes pas encore capable de le prouver, la partie nulle semble être le résultat naturel d'une partie jouée avec précision par les deux adversaires. Il n'y a donc aucune raison de pénaliser les parties nulles dans les tournois. Inciter la combativité ne signifie pas sanctionner deux joueurs qui auraient joués une partie de qualité. La solidité et la précision font partie intégrante des qualités requises pour atteindre la maîtrise aux échecs.

Magnus Carlsen a donc été sanctionné pour avoir concédé 6 parties nulles de combat. Le Français Etienne Bacrot, auteur d'un résultat décevant, a fait preuve d'une grande combativité en choisissant des ouvertures risquées (Est-indienne) et des options agressives en milieu de jeu (voir pour exemple sa partie contre Hikaru Nakamura). Il a parfaitement joué dans l'esprit voulu par les organisateurs pour finalement subir 5 défaites. Gageons que cet état d'esprit sera récompensé par de nouvelles invitations.

A mon humble avis, il est injustifié de pénaliser les parties nulles dans le système de départage principal. Il est souhaitable, pour garder une bonne lisibilité du classement final, de conserver le système traditionnel de décompte des points de partie. Le nombre de victoires peut être utilisé en second départage pour départager les ex-aequo.

L'interdiction de proposer nul avant le 30ème ou 40ème coup permet d'éviter les parties nulles de confort, une incitation financière peut accroître la volonté de gagner, un prix de la combativité peut limiter le nombre de parties insipides. La partie nulle qui est un résultat naturel aux échecs ne doit en aucun cas être sanctionnée. En privilégiant uniquement le côté purement sportif et spectaculaire, la précision quasi-scientifique qui fait partie intégrante de l'intérêt que beaucoup portent à ce jeu pourrait être dévaluée.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image
Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS


Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017