Finale de Tours au championnat du monde

Cliquez pour agrandir l'image dimanche 19 août 2012, 21:48

Au mois de mai dernier, j'ai pu suivre, en direct sur internet, les parties rapides de départage du championnat du monde entre Vishy Anand et Boris Gelfand. Sur le site officiel, les commentaires en anglais étaient assurés par Dirk Jan ten Geuzendam, rédacteur en chef du magazine New in Chess, associé à un Grand-Maître de renom. Ce jour là, c'est Peter Svidler qui était à l'ouvrage. Comme souvent, les parties rapides ont été plus excitantes pour le spectateur que les parties à cadence classique au cours desquelles les protagonistes ont montré une excellente préparation et beaucoup de prudence.

Mon attention s'est portée sur la 3ème partie de départage, alors que Gelfand était mené au score. Anand a d'abord échappé à la défaite en milieu de jeu puis la partie a évolué vers  une finale très difficile à défendre. Avec beaucoup d'assurance et de rapidité, Anand a provoqué les échanges des dernières pièces mineures pour obtenir une finale de Tours avec deux pions de moins. J'avoue que la confiance, en tout cas apparente, du champion du monde m'a laissé perplexe et admiratif. Svidler m'a semblé lui aussi dubitatif, n'ayant pas une évaluation claire de la position à proposer à chaud.

L'évaluation d'Anand était tout à fait juste. La position est nulle grâce à la position active de la Tour noire et surtout du Roi noir qui limite l'action de son homologue. Nous allons voir que le jeu concret sur l'échiquier n'a pas été de la même qualité. Les erreurs, parfois grossières à ce niveau, s'expliquent évidemment par la cadence de jeu rapide, la fatigue et l'extrême tension due à l'importance de l'enjeu. Les meilleurs ont eux aussi le droit de se tromper.



L'interview de Vishy Anand publiée dans New in Chess (2012/4) relate l'épisode de cette partie : "(...) je peux faire nul, mais j'ai raté quelque chose et soudainement j'ai été pris de doute sur la façon de garder ces deux pions sous contrôle, un en c6 et l'autre en h3. Le plus beau, c'est que j'avais vraiment regardé ce type de finale avant le match. Chaque jour, j'ai regardé quelques finales de Tours et je me souviens que je pouvais atteindre une position de Vancura. J'étais optimiste lorsque son Roi était coupé pour obtenir ce type de position. Ce que, en fait, je n'ai pas obtenu. J'aurais pu simplement abandonner."

Un petit rappel sur la position de Vancura est sans doute nécessaire pour les mauvais élèves qui n'auraient pas révisés les finales de Tours aussi consciencieusement que le champion du monde :



Cette méthode de défense qui n'a été découverte qu'au début du 20ème siècle (étude publiée en 1924) est souvent oubliée en partie réelle, même par de très forts joueurs.

Ce billet est illustré par une photographie de Vishy Anand issue de Wikipedia.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image
Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS


Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017