Un jeune organisateur de tournoi rapide

vendredi 26 octobre 2012

J'ai récemment eu le plaisir de gagner le tournoi de parties rapides de Gap dans les Hautes-Alpes. Cette compétition sans prétention avait tout de même la caractéristique notable d'être organisée par Joris Jean un cadet du club "la Diagonale du Fou" de Laragne. Il est rare qu'un aussi jeune joueur s'implique aussi fortement dans l'organisation d'un tel évènement. Cette initiative mérite d'être connue et soutenue car le monde des échecs manque d'organisateurs. La modeste participation pour cette première édition ne doit pas décourager ce jeune homme. Une meilleure communication et un rapprochement avec le club local de Gap auraient sans doute fortement accru le nombre de participants. Nul doute que ces imperfections seront gommées lors des futures éditions d'un tournoi qui, nous l'espérons, pourrait devenir traditionnel.

Les échecs rapides sont particulièrement attractifs pour l'amateur qui a peu de temps à consacrer à sa passion. Le tournoi se déroule généralement sur une journée et permet de se confronter à de multiples adversaires. Les amateurs du beau jeu, dont je fais partie, n'y trouvent pas toujours leur compte mais ceux qui conçoivent les échecs comme un pur combat sont dans leur élément. Les parties rapides ont leurs caractéristiques propres. Les stratégies profondes et les longs calculs n'y ont pas leurs places mais le sens du placement des pièces, l'intuition et le calcul précis et rapide de courtes variantes sont de précieux atouts.

Pour illustrer mon propos, je vous propose l'extrait d'une de mes parties jouée au cours du "tournoi de Joris". Paradoxalement, c'est la seule partie que j'ai perdue mais la petite combinaison qui permet de gagner un pion tout en maintenant la pression sur la position de mon adversaire vaut le détour. Comme souvent, l'analyse avec un puissant logiciel a montré que la position était bien plus riche que je ne l'avais soupçonné pendant la partie. Comme cela arrive parfois ("trop souvent" diront les puristes, "heureusement" s'écrieront les blitzeurs), malgré le pion de plus, je n'ai pas su maîtriser la finale de Cavaliers pendant la crise de temps. La cadence de jeu était de 15 minutes pour chaque joueur avec un ajout de 3 secondes par coup.


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exercice tactique



© Alain Moal 2012-2019Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : dimanche 24 mars 2019