Un jeune organisateur de tournoi rapide

vendredi 26 octobre 2012, 18:41

J'ai récemment eu le plaisir de gagner le tournoi de parties rapides de Gap dans les Hautes-Alpes. Cette compétition sans prétention avait tout de même la caractéristique notable d'être organisée par Joris Jean un cadet du club "la Diagonale du Fou" de Laragne. Il est rare qu'un aussi jeune joueur s'implique aussi fortement dans l'organisation d'un tel évènement. Cette initiative mérite d'être connue et soutenue car le monde des échecs manque d'organisateurs. La modeste participation pour cette première édition ne doit pas décourager ce jeune homme. Une meilleure communication et un rapprochement avec le club local de Gap auraient sans doute fortement accru le nombre de participants. Nul doute que ces imperfections seront gommées lors des futures éditions d'un tournoi qui, nous l'espérons, pourrait devenir traditionnel.

Les échecs rapides sont particulièrement attractifs pour l'amateur qui a peu de temps à consacrer à sa passion. Le tournoi se déroule généralement sur une journée et permet de se confronter à de multiples adversaires. Les amateurs du beau jeu, dont je fais partie, n'y trouvent pas toujours leur compte mais ceux qui conçoivent les échecs comme un pur combat sont dans leur élément. Les parties rapides ont leurs caractéristiques propres. Les stratégies profondes et les longs calculs n'y ont pas leurs places mais le sens du placement des pièces, l'intuition et le calcul précis et rapide de courtes variantes sont de précieux atouts.

Pour illustrer mon propos, je vous propose l'extrait d'une de mes parties jouée au cours du "tournoi de Joris". Paradoxalement, c'est la seule partie que j'ai perdue mais la petite combinaison qui permet de gagner un pion tout en maintenant la pression sur la position de mon adversaire vaut le détour. Comme souvent, l'analyse avec un puissant logiciel a montré que la position était bien plus riche que je ne l'avais soupçonné pendant la partie. Comme cela arrive parfois ("trop souvent" diront les puristes, "heureusement" s'écrieront les blitzeurs), malgré le pion de plus, je n'ai pas su maîtriser la finale de Cavaliers pendant la crise de temps. La cadence de jeu était de 15 minutes pour chaque joueur avec un ajout de 3 secondes par coup.


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image
Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS


Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017