Cliquez pour agrandir l'image

Certaines cadences de jeu sont archaïques

dimanche 11 novembre 2012, 14:21

Le génial champion du monde américain Bobby Fischer a popularisé la cadence de jeu qui porte désormais son nom. Pour le béotien, je rappelle que la cadence Fischer consiste à ajouter un peu de temps de réflexion après chaque coup joué. Cette cadence permet de bénéficier d'un temps de réflexion minimal pour jouer le coup suivant. A la cadence dite "classique", cet ajout de temps est traditionnellement de 30 secondes. En partie rapide, l'ajout est généralement de 3 à 10 secondes. En blitz, il peut être limité à 2 secondes.

Une des pires cadences de jeu a été largement utilisée à l'époque de transition entre la disparition (justifiée) des ajournements et l'utilisation de la cadence Fischer : 40 coups en 2 heures suivi de 1 heure KO. Cette cadence "lente" offrait la possibilité de gâcher une partie de 6 heures en jouant une finale en total manque de temps. L'intervention de l'arbitre était souvent nécessaire pour éviter qu'un des deux joueurs ne tente de faire perdre son adversaire au temps comme dans un vulgaire blitz.

L'apparition de la cadence Fischer a été un progrès considérable. Son application est liée à la généralisation de l'utilisation des pendules électroniques, souvent plus onéreuses que les pendules mécaniques. Désormais, la très grande majorité des tournois joués sur le sol français utilise ce type de pendule qui substitue la précision de la mesure à l'esthétique des vieilles pendules en bois.

Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, me direz-vous ? Eh bien, non !

Si la cadence Fischer est désormais unanimement utilisée en cadence classique, de nombreux organisateurs s'obstinent à imposer les cadences KO en parties rapides. L'archaïque cadence de 20 minutes KO est encore très largement répandue. L'organisateur maîtrise parfaitement la durée du tournoi car aucune partie ne peut dépasser 40 minutes. L'avantage de telles cadences pour le joueur et pour l'arbitre est totalement nul.

Lequel d'entre nous peut prétendre ne jamais avoir perdu une position écrasante parce qu'il ne disposait plus du temps matériel nécessaire pour jouer les coups décisifs ?

Personnellement, j'ai le souvenir d'une cruelle perte au temps avec l'avantage matériel d'une Dame, d'un Fou et de plusieurs pions contre un seul pion pour mon adversaire. Certains argumenteront que j'aurais du mieux gérer mon temps de réflexion. Ils ont sans doute raison mais mon adversaire n'avait pas non plus brillé par sa gestion du temps puisqu'il ne lui restait que 2 secondes pour terminer la partie. Le résultat final a donc été une loterie, indigne d'une partie d'échecs. C'est avec amertume que j'ai été contraint de féliciter mon adversaire pour sa belle victoire. Même si d'un point de vue purement sportif, il aurait été élégant d'abandonner plus tôt, je n'ai pas tenu rigueur à mon adversaire d'avoir ridiculement poursuivi le jeu car le problème était inhérent à la cadence utilisée. De nombreux joueurs n'ont pas le même état d'esprit et provoquent d'interminables contestations qui nuisent à l'ambiance générale du tournoi et compliquent la tâche des arbitres.

Lorsque l'organisateur dispose de pendules électroniques, la cadence Fischer devrait donc être exclusivement utilisée en partie rapide. Un simple incrément de 3 secondes par coup permet de concrétiser une position écrasante et incite à un abandon rapide dans une position désespérée. La durée du tournoi est maîtrisée car les parties durent rarement très longtemps avec un ajout de temps aussi modeste. La cadence de 15 minutes plus 3 secondes par coup commence à s'imposer. Personnellement, je suis plutôt en faveur d'un ajout d'au moins 5 secondes.

La cadence KO ne devrait s'appliquer qu'en blitz pour contenter les aficionados de cette discipline. Néanmoins, au plus haut niveau, lorsque les parties sont suivies sur internet, il est préférable d'utiliser les cadences Fischer pour éviter des situations ridicules impliquant les meilleurs joueurs mondiaux. C'est heureusement le cas pour les championnats du monde de blitz organisés par la Fide.

Amis organisateurs, oublions les cadences KO. Le jeu d'échecs mérite mieux qu'une empoignade débridée qui a pour seul objectif de faire perdre son adversaire au temps.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image
Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS


Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017