Magnus Carlsen prend de la hauteur

Cliquez pour agrandir l'image dimanche 6 janvier 2013, 18:51

Grâce à sa brillante victoire au London Chess Classic au mois de décembre dernier, devançant quelques uns des meilleurs joueurs de la planète, Magnus Carlsen a conforté sa première place mondiale. Depuis plusieurs années déjà, le jeune Norvégien de 22 ans domine sa discipline. La publication du classement Elo de la FIDE du mois de janvier marque une nouvelle  étape dans son envolée vers l'Olympe des échecs. Avec 2861 points, il efface la marque de Garry Kasparov qui culminait pourtant à 2851 (classement record établi en juillet 1999).

A mon sens, ce nouveau record, même s'il est chargé de symboles, n'est pas vraiment représentatif de la supériorité de Carlsen sur ses illustres prédécesseurs. En effet, le classement inventé par le professeur Arpad Elo n'est pas une mesure absolue de la force des joueurs, mais une mesure relative. Il ne peut être considéré indépendamment de la population de joueurs qui permet son calcul. Arpad Elo, dans son livre "The Rating of Chessplayers, Past and Present" publié en 1978, avait déjà tenté d'évaluer la force respective de joueurs d'époques différentes. A la suite d'une titanesque collecte de résultats, le statisticien Jeff Sonas avait lui-aussi essayé d'établir un classement inter-générationnel. Selon son évaluation, le record de Kasparov n'était pas supérieur à celui établi par Bobby Fischer en 1972 avec une marque, pourtant inférieure mais exceptionnelle pour l'époque, de 2785. Les résultats de Sonas ont été présentés jusqu'en 2005 sur le site chessmetrics. Les amateurs de comparaisons qui lisent la langue de Shakespeare peuvent se plonger dans l'article publié en 2005 en deux parties sur le site de ChessBase (1,2). Ces tentatives sont intéressantes et génèrent d'interminables débats entre supporters de l'un ou de l'autre mais, à mon avis, elles sont vaines. Nous ne connaîtrons jamais le résultat d'un match opposant le Capablanca de 1920 avec le Fischer de 1970.

L'écart que Carlsen a creusé avec ses poursuivants est bien plus significatif que le nouveau record établi. Nous vivons une époque ou la facilité d'accès à l'information et l'avènement de puissants logiciels ont permis un resserrement de l'élite. Désormais, environ 50 joueurs se pressent entre 2700 et 2800 points Elo. Dans ce contexte, les 51 points qui séparent aujourd'hui Carlsen et son poursuivant immédiat (l'ancien champion du monde Vladimir Kramnik) démontrent la domination du Norvégien sur ses pairs. C'est en ce sens que la performance de Carlsen est comparable à celle de ses illustres aînés. En juillet 1972, Fischer avait 125 points de plus que Boris Spassky, le numéro 2 de la liste. De même, en juillet 2000, Kasparov possédait 79 points de plus que le second (c'était déjà un certain Vladimir Kramnik qui allait bientôt lui ravir le titre mondial).

Carlsen a démontré qu'il était le meilleur joueur de tournoi actuel. Il lui reste à décrocher le titre mondial pour entrer définitivement dans l'histoire. Si le format de qualification sous la forme d'un tournoi des candidats semble le favoriser et s'il parvient à franchir cet obstacle, il devra encore combler son relatif manque d'expérience en match pour vaincre le tenant du titre, l'indien Vishy Anand.

Ce billet est illustré par une photographie de Ray Morris-Hill.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent | Suivant
Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017