Bases de parties : anges ou démons

mardi 23 juillet 2013, 20:57

Lors du récent tournoi de Vaujany, j'ai été abordé par le père d'un jeune joueur. Il a soulevé un problème qui ne m'avait pas effleuré l'esprit jusqu'à présent (peut-être parce que je ne suis plus un joueur de compétition très actif).

Son point de vue peut se résumer ainsi :
Publier toutes les parties d'un open sur internet, pénalise les participants de ce tournoi en favorisant la préparation de leurs futurs adversaires. Il explique même la légère baisse de participation à ce beau tournoi par rapport à l'année précédente par le fait que toutes les parties jouées se sont retrouvées dans les grandes bases commerciales.

Traditionnellement à Vaujany, les joueurs invités (Maîtres Internationaux et Grand-Maîtres) ont l'obligation de saisir leurs parties pour alimenter un bulletin quotidien. Les amateurs sont invités à faire de même mais très peu le font. Contrairement aux années précédentes, en 2012 toutes les parties jouées ont été saisies après le tournoi (un travail titanesque) et mises en ligne sur le site pour aboutir dans les grandes bases commerciales. C'est cette action coupable qui est dénoncée par le père de ce jeune joueur. On freinerait ainsi la progression de nos jeunes. Il entendait, je suppose, la progression de leur classement Elo.

Une autre conception m'est apparue à l'écoute des courts discours introductifs de chaque ronde prononcé par Jacques Brethé. Cet infatigable organisateur a une haute conception du jeu d'échecs et de sa pratique. Il conçoit le jeu non seulement comme un combat sportif mais aussi comme un moyen de développement personnel et la partie comme une création intellectuelle entre deux intelligences. Les joueurs d'échecs et leurs créations n'auraient pas la reconnaissance qu'ils méritent et la publication de leurs parties comblerait ce manque.

Je n'avais pas non plus envisagé le problème sous l'angle de l'immortalité de l'oeuvre échiquéenne. Un ami joueur d'échecs m'a d'ailleurs fait la remarque suivante : "Tu te rends compte, j'ai une centaine de parties publiées dans les bases de données. Après ma mort, elles y seront encore et pour toujours".

Cette réflexion me remémore une anecdote personnelle. Lors d'une partie m'opposant au Maître Fide canadien Sam Kleinplatz à l'open de Cannes en 1993, j'ai jouée une importante nouveauté théorique 15.b3! contre la Sicilienne Najdorf de mon adversaire. Quelques années plus tard, Anand a attribué la primauté de ce coup à sa partie contre Kasparov jouée à Frankfort en 1998, suite à une idée que lui aurait soufflée Peter Leko. A sa décharge, ma partie contre Kleinplatz n'étant pas référencée dans les bases de données, il ne pouvait pas en attribuer la paternité à un autre. J'aurais pourtant été très fier de voir mon nom associé à une sous-variante de la Najdorf. Il est néanmoins possible que je ne sois pas non plus l'initiateur de ce coup. Un obscur amateur a peut-être eu cette idée bien avant ma modeste personne et le futur champion du monde.

Le compétiteur qui a un grand nombre de parties référencées dans les bases se doit de diversifier son répertoire ou de maîtriser parfaitement ses systèmes d'ouverture. Il est évident que pour le joueur qui consacre sa vie aux échecs, ce travail est plus facile que pour l'amateur qui dispose de moins de temps libre. Le traitement différencié entre le professionnel et l'amateur peut donc se justifier. D'ailleurs, dans la plupart des tournois, seules les parties des premières tables sont publiées. Elles ne concernent le plus souvent que des joueurs titrés.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017