Cliquez pour agrandir l'image

Un beau sacrifice de qualité positionnel

mardi 28 janvier 2014, 20:13

Le sacrifice de qualité est une arme redoutable dans l'arsenal du joueur d'échecs. Il consiste à échanger une Tour contre une pièce mineure (Fou ou Cavalier). Souvent, ce type de sacrifice de qualité est naturel car il peut être supporté par le calcul de variantes concrètes conduisant à un avantage évident. Il est généralement plus difficile d'évaluer les conséquences d'un sacrifice de qualité positionnel qui, par définition, ne sera jugé que sur le long terme. La barrière psychologique à franchir pour réaliser ce type de sacrifice n'est pas à sous-estimer. Une évaluation erronée conduira à l'activation de la Tour adverse qui, par sa puissance de feu sur les lignes et colonnes ouvertes, surclassera la pièce mineure. Tigran Petrosian s'était fait en son temps une solide réputation de spécialiste de ce type de sacrifice de qualité.

En guise d'amuse bouche, je vous propose de deviner le coup joué par le célèbre joueur arménien opposé au hongrois Lajos Portisch.



D'autres exemples remarquables sont à découvrir dans les parties de l'ancien champion du monde.

Mais revenons à une époque plus contemporaine. La jeune génération maîtrise parfaitement ces concepts et hésite de moins en moins à échanger une Tour contre une pièce mineure pour obtenir des compensations à long terme. La qualité d'une pièce ne se juge pas sur sa valeur intrinsèque mais sur son potentiel d'action au sein d'une position déterminée. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Certains sont strictement techniques : sécurité des Rois, activité et coordination des pièces, structure de pions,... D'autres sont d'ordre pratique : initiative, plan clair, position agréable à jouer,...

Pour illustrer mon propos, j'ai choisi d'analyser une partie de Radoslaw Wojtaszek. A 27 ans, le Grand-Maître polonais se maintient depuis plusieurs années au dessus de la barre symbolique des 2700 points Elo. Au delà de ses propres performances de compétiteur, il est souvent cité comme l'un des membres les plus fidèles (depuis 2008) de l'équipe de secondants du désormais ex-champion du monde Viswanathan Anand. Sa progression, comme celle d'autres secondants (je pense notamment à Laurent Fressinet aidant Vladimir Kramnik ou Romain Edouard analysant pour Veselin Topalov), ne me semble pas étrangère à sa collaboration fructueuse avec le champion indien. A tous les niveaux, progresser nécessite de se confronter et d'échanger avec plus fort que soit.

Peu après la fin du récent match de championnat du monde qui a vu Carlsen ravir le titre à Anand, Wojtaszek a enchaîné plusieurs tournois avec grand succès, gagnant dans la foulée les opens de Bâle et de Zürich. Dans la partie suivante qui l'oppose au jeune Grand-Maître russe Ivan Popov, il nous gratifie d'un superbe sacrifice de qualité que même les meilleurs moteurs d'analyse actuels peinent à évaluer correctement.




Ce billet est illustré par une photographie de Radoslaw Wojtaszek prise par John Saunders lors de l'open de Gibraltar en 2013 pour le site Chessbase.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017