Cliquez pour agrandir l'image

Tour et pion(s) contre Dame

jeudi 20 mars 2014, 20:06

Les finales de Tour et pions contre Dame (ou contre Dame et pions) sont fréquentes. Le grand avantage matériel que confère la possession de la Dame permet le plus souvent une victoire facile mais de nombreuses positions peuvent être annulées, soit par la construction d'une forteresse imprenable, soit parce que le pion est suffisamment avancé pour créer du contre-jeu et contraindre le Roi ou la Dame adverse à la passivité.

En ce début d'année 2014, plusieurs finales de ce type sont apparues dans la pratique des Grands-Maîtres.

Dans le premier exemple, deux générations des échecs néerlandais s'opposent : le jeune Benjamin Bok (19 ans) affronte le légendaire Jan Timman (62 ans). Comme les deux protagonistes de cette partie, ma première évaluation de cette position était erronée. Le pion blanc très avancé semble compenser le grand déficit matériel. Il n'en est rien car les noirs peuvent créer une position de zugzwang.



Le second exemple met en scène le désormais ex-champion du monde Vishy Anand au premier échiquier de son club de Baden-Baden engagé en Bundesliga. Opposé au Grand-Maître autrichien Markus Ragger, il tenta avec succès sa chance dans une finale pourtant théoriquement nulle.



La faible défense de l'Autrichien prouve que même de forts Grands-Maîtres ne maîtrisent pas toujours leurs classiques.

Le troisième exemple est complexe. Le Grand-Maître français Sébastien Maze, opposé au Maître International britannique Robert Bellin, est confronté à une défense difficile. Le pion noir a quitté la septième rangée mais il s'agit d'un pion g (pion "Cavalier") qui, sous certaines conditions, permet d'annuler. Toutefois, le camp attaquant dispose encore d'un pion sur la colonne h qui lui offre des chances supplémentaires.



Ces exemples nous montrent que ces finales sont difficiles à jouer pour les deux camps et qu'il est très utile de connaître quelques positions théoriques pour y trouver son chemin. Nous ne saurions trop conseiller à nos lecteurs de réviser aussi la méthode de gain Roi plus Dame contre Roi plus Tour car cette finale résulte directement du gain du pion du camp en infériorité matérielle.

Ce billet est illustré par une photographie de Markus Ragger, Grand-Maître International et meilleur joueur autrichien du moment (image prise par Gregor Eisenhuth).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017