Cliquez pour agrandir l'image

Tous derrière et lui devant !

vendredi 11 avril 2014

Ils étaient peu nombreux à le citer parmi les favoris. Nous le pensions tous démotivé après la perte cruelle de son titre à la fin de l'année écoulée. Ne faisait-il pas partie d'une génération sur le déclin ? La génération de ceux qui ont ferraillés avec les deux K au siècle dernier et qui cèdent inexorablement du terrain aux plus jeunes, désormais conduit par un nouveau champion d'à peine vingt-trois ans. N'avait-il pas été interrogé sur la suite de sa carrière ? N'allait-il pas raccrocher les gants comme le grand Garry Kasparov l'a fait il y a quelques années la quarantaine venue ? N'avait-il pas douté de sa participation pour laisser la place à plus jeune et plus ambitieux ? Que pouvait-il espérer de plus ? N'avait-il pas atteint tous ses rêves de conquêtes échiquéennes ? A t'il pensé que sa dernière chance était à saisir, avant que l'inexorable course du temps n'efface ses dernières ambitions, pour un baroud d'honneur peut-être ?

Tout cela n'était que conjectures. Il est venu et il a vaincu, faisant taire tous ceux qui l'avaient enterrés trop tôt.

Vishy Anand, car c'est évidemment de lui dont il s'agit, n'a pas écrasé le tournoi des candidats qui vient de s'achever dans la riche citée pétrolière de Khanty-Mansiysk, au fin fond de la Russie. Pas de score flamboyant, mais trois victoires et onze nulles lui ont suffi pour distancer ses adversaires. Il a fait le nécessaire, ni plus, ni moins, laissant ses adversaires s'étriper, incapables de démontrer une stabilité de jeu équivalente à la sienne.

Il a fait preuve de précision, de pragmatisme et de prise de risque calculée. Mis sous pression parfois, ses talents de défenseur, mis à mal lors de la défense de son titre mondial, lui ont permis de n'être en difficulté qu'à de rares moments.

Dans sa foulée, ses adversaires se sont difficilement départagés tant l'écart est faible entre le second et le dernier. Les favoris, Levon Aronian et Vladimir Kramnik, ont déçu. Malgré un beau finish, Sergey Karjakin a trop mal débuté le tournoi pour espérer la première place. Veselin Topalov, fidèle à son style sans compromission, a été combatif mais sans réussite. Dmitry Andreikin, l'ousider qui était destiné à souffrir de la comparaison avec ses prestigieux adversaires, a été solide. Il a mis en lumière le resserrement de l'élite mondiale. Comme Hikaru Nakamura, un des grands absents, l'a exprimé dans une interview, d'autres joueurs avaient leur place dans ce tournoi des candidats qui ne réunissait que huit joueurs.

Grille du tournoi des candidats 2014 selon fr.wikipedia.org

A 44 ans, Vishy Anand sera donc le challenger de Magnus Carlsen pour un match revanche très attendu. La ville de Paris, candidate malheureuse à l'organisation de la précédente confrontation entre les deux hommes, sera-elle à nouveau sur les rangs pour accueillir ce grand évènement ?

Si le vent souffle en faveur de la jeunesse du Norvégien, l'Indien aura certainement tiré tous les enseignements du match précédent dans lequel il n'a jamais été en mesure d'ébranler son adversaire. Nul doute que Magnus Carlsen est déjà dans son viseur (photographie de Kirill Merkuriev tirée de la galerie du site officiel).

Vous l'aurez sans doute reconnu, ce billet emprunte son titre à la "Complainte du petit cheval blanc", poème de Paul Fort, admirablement mis en musique et interprété par Georges Brassens.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exercice tactique



© Alain Moal 2012-2019Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 8 juin 2019