Cliquez pour agrandir l'image

Un décor éblouissant

jeudi 1 mai 2014, 16:12

La ville de Shamkir (Azerbaidjan) a accueilli le mémorial Gashimov. Ce tournoi a été prestement organisé en hommage au Grand-Maître Vugar Gashimov prématurément disparu en ce début d'année à l'âge de 27 ans. Plusieurs joueurs de l'élite mondiale ont répondu présent et, comme beaucoup d'amateurs, j'ai suivi avec grand intérêt les parties des deux tournois fermés. Le tournoi A a réuni ce qu'il se fait de mieux parmi une jeune génération qui prend progressivement le pouvoir. Le champion du monde Magnus Carlsen a brillamment repoussé les assauts des ambitieux Fabiano Caruana, Hikaru Nakamura, Sergey Karjakin, Shakhriyar Mamedyarov et Teimour Radjabov. Le tournoi B a opposé quelques uns des meilleurs joueurs azéris à d'autres grands noms des échecs mondiaux (Etienne Bacrot, Wang Hao, Pavel Eljanov, Radoslaw Wojtasjek, Alexander Motylev). Mais je n'ai pas pour objectif de discuter du déroulement sportif du tournoi, de la performance des uns et des autres ou même d'analyser des parties mais plutôt d'attirer l'attention sur la mise en scène remarquablement réussie.

De façon très classique pour un évènement de ce standing, le tournoi s'est déroulé dans une salle de spectacle. Le tournoi A, prestige oblige, a occupé la scène alors que le tournoi B  s'est joué en contrebas. La projection des parties sur un écran géant situé derrière les joueurs a permis aux spectateurs présents dans la salle de suivre confortablement les parties. Ce type de scénographie est désormais un standard et n'étonne plus personne mais j'ai été très impressionné par le choix quasi-exclusif du blanc pour habiller la scène sur laquelle se sont produits les joueurs.

Vugar Gashimov


Gashimov appréciait particulièrement le blanc comme j'avais pu le remarquer lors du tournoi Melody Amber organisé au Palais de la Méditerranée à Nice durant lequel il arborait une veste blanche. Le choix des organisateurs a peut-être été inspiré par ce goût du Grand-Maître défunt pour le blanc. Peu importe la raison, l'impact visuel fût très réussi.

Nakamura-Caruana Shamkir 2014


Le décor de la conférence de presse a lui-aussi mis le blanc à l'honneur jusque dans le choix de la couleur des ordinateurs portables utilisés pour supporter les analyses post-mortem des champions.

Conférence de presse


Le contraste avec le tournoi des candidats qui s'est achevé quelques semaines plus tôt à Khanty-Mansiysk a été saisissant. Certes, les conditions de jeu y étaient très fonctionnelles mais le décor manquait singulièrement de cachet. Un tournoi de cette importance aurait mérité une recherche esthétique semblable à celle du tournoi des candidats de Londres en 2013 (comme le montre la photo ci-dessous).

Salle de jeu du tournoi des candidats de Londres 2013


La beauté du cadre de jeu n'est pas indispensable pour jouer de bonnes parties d'échecs. Un bon échiquier, des pièces bien proportionnées, un éclairage adapté, un siège confortable, un espace vital suffisant sont les principaux éléments nécessaires à la pratique des échecs dans de bonnes conditions. Pour le public (essentiellement internaute) et les médias, la mise en scène de la compétition doit être soignée. L'impact sur le grand public qui ne considère pas toujours les échecs comme un sport de haut niveau sera d'autant plus grand que les tournois les plus prestigieux se dérouleront dans un décor (j'aurais pu écrire "un écrin") qui met en valeur l'évènement.

Les photographies du mémorial Gashimov sont extraites de la galerie du site officiel. La photographie de la salle de jeu du tournoi des canditats de Londres est l'oeuvre de Ray Morris-Hill.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017