La défaite la plus stupide de l'année

Cliquez pour agrandir l'image samedi 25 avril 2015, 18:01

Le championnat des Etats-Unis est devenu un moment fort de la saison échiquéenne. Cette année, il a réuni les meilleurs joueurs de cette vaste nation. Parmi ceux-ci, les favoris se nommaient Hikaru Nakamura, Gata Kamsky et le jeune philippin Wesley So qui a récemment choisi de jouer sous les couleurs de la bannière étoilée. Ce championnat a mis en lumière l'avènement de jeunes joueurs qui augurent un bel avenir pour les échecs américains dont Ray Robson, qui n'est déjà plus un inconnu, et surtout, Samuel Sevian, seulement âgé de quinze ans.

Mais un évènement extraordinaire a occulté la victoire finale de Nakamura. Lors de la neuvième ronde, Wesley So a perdu en seulement sept coups contre Varuzhan Akobian; une défaite inhabituelle pour le huitième joueur mondial. Comme la position sur l'échiquier ne semblait aucunement désespérée, les commentateurs Alejandro Ramirez et Yasser Seirawan ont d'abord spéculé sur un abandon de protestation avant d'être informés que le résultat avait été scellé par une décision d'arbitrage. So a été sanctionné pour avoir pris des notes pendant la partie. La sanction peut sembler au premier abord sévère mais le joueur avait été averti verbalement plusieurs fois lors des rondes précédentes. Prendre des notes est évidemment interdit par le règlement de la Fide car celles-ci peuvent être utilisées comme moyen mnémotechnique pour structurer sa réflexion. So n'ayant pas tenu compte des avertissements préalables, l'arbitre Tony Rich mit courageusement un terme à la partie en accordant la victoire à Akobian. Le malheureux perdant a fait appel de la décision arbitrale mais, compte-tenu des avertissements répétés, sa requête a été logiquement rejetée.

Wesley So s'expliqua brièvement sur Twitter : "Comme j'ai eu des difficultés pour me concentrer, j'ai écrit une note pour moi-même sur un bout de papier (pas sur ma feuille de partie). Elle disait : vérifie deux fois, vérifie trois fois, prends ton temps. Akobian l'a vu et s'est plaint auprès de l'arbitre et le forfait a été déclaré. Je suis désolé, je ne savais pas que c'était contraire aux règles".

So croyait peut-être que la règle ne s'appliquait qu'aux coups des variantes calculées et ne pensait pas commettre un grave manquement à la loi en utilisant une technique très répandue en psychologie sportive que les anglo-saxons nomment "motivational self-talk", qui consiste à s'auto-encourager pendant les compétitions. Mais, plusieurs témoins (adversaires et ancien entraîneur) ont confirmé qu'il avait cette mauvaise habitude depuis son plus jeune âge et que, malgré les conseils prodigués, il n'était jamais parvenu à s'en défaire.

Rappelons ici une autre règle importante qui a été modifiée il y a quelques années par la Fide : l'interdiction de noter le coup avant de le jouer. Beaucoup de joueurs, et non des moindres, utilisait ce rituel recommandé par nombre d'entraîneurs. Cette auto-discipline incitait à re-vérifier brièvement le coup avant de le jouer sur l'échiquier. Peu de joueurs connaissent parfaitement les règles du jeu. Si c'est parfois pardonnable pour un joueur amateur de bonne foi, c'est difficilement admissible pour un joueur professionnel qui vit de son sport.

De nombreuses défaites stupides émaillent la longue histoire des échecs. La chinoise Hou Yifan avait perdu une partie avant même d'avoir joué le premier coup parce qu'elle n'était pas assise devant son échiquier mais debout à quelques mètres au début de la ronde, Vassily Ivanchuk nous a gratifié de nombreuses pertes irrationnelles au temps, les abandons injustifiés sont légion mais la défaite de Wesley So occupera certainement une place de choix dans le grand bêtisier des échecs.

Signe d'un mental de champion, le jeune homme a démontré une remarquable résilience face à l'adversité puisqu'il a gagné les deux dernières rondes du championnat, dont la dixième face au redoutable Gata Kamsky. Nul doute que Wesley So aura retenu la leçon et continuera de gravir les échelons de la hiérarchie mondiale.

Wesley So parait serein sur la photographie tirée de la galerie du site officiel du championnat des Etats-Unis 2015 qui illustre ce billet. Il ne sait pas encore que l'arbitre va mettre un terme à la partie dès le coup suivant.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017