La palme de la défaite la plus idiote

Cliquez pour agrandir l'image samedi 4 juillet 2015

Dans un billet récent, intitulé "la défaite la plus stupide de l'année", je fustigeais Wesley So pour sa défaite ridicule lors du dernier championnat des Etats-Unis. Le jeune Philippin, jouant désormais sous les couleurs de la bannière étoilée, avait été sanctionné pour avoir pris des notes pendant la partie malgré les avertissements répétés de l'arbitre. Sans doute déstabilisé par tant d'audace et souhaitant conserver sa suprématie dans le domaine échiquéen, Magnus Carlsen a décidé de concourir pour la palme d'or de la pire défaite de l'année. Il faut bien le reconnaître, le champion du monde ne fait pas les choses à moitié. Si So avait fait rire le microcosme échiquéen, le génial Norvégien ne nous a pas déçu. Il a été à la hauteur du défi.

Mais laissez-moi vous exposer les faits. Stavanger, capitale pétrolière de la riche Norvège, a accueilli en ce mois de juin la troisième édition du tournoi sobrement baptisé "Norway Chess 2015". Lors de la première ronde, Magnus était opposé à Veselin Topalov. Ces derniers mois, au grand dam de ses admirateurs, le Bulgare a distillé ses apparitions au compte-gouttes. Les deux grands guerriers de l'échiquier se livrèrent une bataille farouche. Dans son style caractéristique, le Norvégen a fait surgir des micro-avantages à partir du néant, torturant son adversaire pendant des heures jusqu'à ce que celui-ci craque sous la pression. Après soixante coups, l'abandon du Bulgare était imminent. Le champion du monde se préparait à savourer une victoire bien méritée. Mais, sachant mieux que quiconque qu'il ne faut pas céder à l'euphorie en se précipitant pour achever l'animal blessé, il pris son temps pour trouver les quelques coups précis qui allaient clôturer les débats. C'est à cet instant que l'arbitre lui a signalé qu'il venait de dépasser le temps de réflexion alloué. Incrédule, le Norvégien a découvert que la cadence de jeu n'incluait pas l'ajout habituel de quinze minutes après le contrôle du soixantième coup. L'agonisant Topalov fût évidemment déclaré vainqueur.

Le champion du monde et son équipe ont oublié de se renseigner sur la cadence de jeu du tournoi. Même si l'organisation reconnaîtra ultérieurement n'avoir pas suffisamment communiqué sur ce point, il s'agit d'une incroyable bévue à ce niveau de professionnalisme !

Cette bourde mémorable a eu un fort impact psychologique sur les deux joueurs. Le Bulgare enchaînera les victoires et décrochera une des plus belles victoires en tournoi de sa déjà riche carrière alors que le champion du monde se morfondra dans les profondeurs du classement, signant un de ses pires résultats.

Voici la fin de partie susnommée, jusqu'à son épilogue tragique (ou comique, selon le point de vue) :



Le concours pour la palme d'or de la défaite la plus idiote de l'année est ouvert. Il reste encore quelques mois pour tenter de surpasser Magnus Carlsen et Wesley So. Je ne veux décourager personne mais la barre est haute. Mais peut-être que l'un des meilleurs joueurs du monde pourrait subitement oublier comment effectuer le grand roque ou la marche bizarre du Cavalier; notre jeu est si compliqué !

La photographie située au début de ce billet illustre un des hauts lieux touristiques de la région de Stavanger : le "pulpit rock" qui culmine à plus de 600 mètres au-dessus du Lysefjord (site du tournoi).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exercice tactique



© Alain Moal 2012-2019Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 8 juin 2019