La palme de la défaite la plus idiote

Cliquez pour agrandir l'image samedi 4 juillet 2015, 18:28

Dans un billet récent, intitulé "la défaite la plus stupide de l'année", je fustigeais Wesley So pour sa défaite ridicule lors du dernier championnat des Etats-Unis. Le jeune Philippin, jouant désormais sous les couleurs de la bannière étoilée, avait été sanctionné pour avoir pris des notes pendant la partie malgré les avertissements répétés de l'arbitre. Sans doute déstabilisé par tant d'audace et souhaitant conserver sa suprématie dans le domaine échiquéen, Magnus Carlsen a décidé de concourir pour la palme d'or de la pire défaite de l'année. Il faut bien le reconnaître, le champion du monde ne fait pas les choses à moitié. Si So avait fait rire le microcosme échiquéen, le génial Norvégien ne nous a pas déçu. Il a été à la hauteur du défi.

Mais laissez-moi vous exposer les faits. Stavanger, capitale pétrolière de la riche Norvège, a accueilli en ce mois de juin la troisième édition du tournoi sobrement baptisé "Norway Chess 2015". Lors de la première ronde, Magnus était opposé à Veselin Topalov. Ces derniers mois, au grand dam de ses admirateurs, le Bulgare a distillé ses apparitions au compte-gouttes. Les deux grands guerriers de l'échiquier se livrèrent une bataille farouche. Dans son style caractéristique, le Norvégen a fait surgir des micro-avantages à partir du néant, torturant son adversaire pendant des heures jusqu'à ce que celui-ci craque sous la pression. Après soixante coups, l'abandon du Bulgare était imminent. Le champion du monde se préparait à savourer une victoire bien méritée. Mais, sachant mieux que quiconque qu'il ne faut pas céder à l'euphorie en se précipitant pour achever l'animal blessé, il pris son temps pour trouver les quelques coups précis qui allaient clôturer les débats. C'est à cet instant que l'arbitre lui a signalé qu'il venait de dépasser le temps de réflexion alloué. Incrédule, le Norvégien a découvert que la cadence de jeu n'incluait pas l'ajout habituel de quinze minutes après le contrôle du soixantième coup. L'agonisant Topalov fût évidemment déclaré vainqueur.

Le champion du monde et son équipe ont oublié de se renseigner sur la cadence de jeu du tournoi. Même si l'organisation reconnaîtra ultérieurement n'avoir pas suffisamment communiqué sur ce point, il s'agit d'une incroyable bévue à ce niveau de professionnalisme !

Cette bourde mémorable a eu un fort impact psychologique sur les deux joueurs. Le Bulgare enchaînera les victoires et décrochera une des plus belles victoires en tournoi de sa déjà riche carrière alors que le champion du monde se morfondra dans les profondeurs du classement, signant un de ses pires résultats.

Voici la fin de partie susnommée, jusqu'à son épilogue tragique (ou comique, selon le point de vue) :



Le concours pour la palme d'or de la défaite la plus idiote de l'année est ouvert. Il reste encore quelques mois pour tenter de surpasser Magnus Carlsen et Wesley So. Je ne veux décourager personne mais la barre est haute. Mais peut-être que l'un des meilleurs joueurs du monde pourrait subitement oublier comment effectuer le grand roque ou la marche bizarre du Cavalier; notre jeu est si compliqué !

La photographie située au début de ce billet illustre un des hauts lieux touristiques de la région de Stavanger : le "pulpit rock" qui culmine à plus de 600 mètres au-dessus du Lysefjord (site du tournoi).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017