Cliquez pour agrandir l'image

Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !

samedi 14 novembre 2015, 16:40

Selon le site chessdom.com, la Fédération Internationale des Echecs vient de délivrer le diplôme d'entraîneur d'échecs à l'irlandaise Anjali Walsh. A l'issu d'un séminaire de trois jours conduit par le Maître FIDE et FST (FIDE Senior Trainer) Kevin O'Connell, elle a décroché le précieux diplôme en réussissant l'épreuve écrite. Après délibération par les autorités compétentes, Anjali est désormais "FIDE Developmental Instructors" et rejoint la liste prestigieuse des entraîneurs d'échecs officiellement reconnus par la FIDE.

Je sens pointer en vous, cher lecteur, un certain scepticisme à la lecture de ces lignes. Vous êtes sans doute bien heureux pour elle mais cette nouvelle mérite-elle un article dans "Regard sur les Echecs" ? Après tout, la FIDE attribue des titres internationaux de maîtres d'échecs, des diplômes d'arbitres et d'entraîneurs depuis bien longtemps. Anjali n'est pas la première lauréate et ne sera pas la dernière. Qui a-t'il d'extraordinaire dans cette information ?

La réponse est simple : la lauréate n'a que 8 ans !

Vous ne vous trompez pas, il n'y a pas de faute de frappe, vous venez bien de lire "8 ans". Bien sûr, Anjali n'a pas obtenu le grade le plus élevé dans la hiérarchie des entraîneurs d'échecs officiellement reconnus par la FIDE qui sont au nombre de cinq :
  • FIDE Senior Trainer (FST)
  • FIDE Trainer (FT)
  • FIDE Instructor (FI)
  • National Instructor (NI)
  • Developmental Instructor (DI)
Mais le fait est que la Fédération Internationale a décerné un diplôme d'instructeur à une fillette de 8 ans ! Un nouveau prodige de l'entraînement vient de se révéler à la face du monde. Exit les Dvoretsky, Dorfman, Yusupov, Aagaard et consort, place aux jeunes !

Certains me feront remarquer que les génies du jeu d'échecs sont de plus en plus précoces, pourquoi n'en serait-il pas de même pour les entraîneurs ?

Mais tout à coup, un doute m'assaille. Témoin attentif de l'actualité échiquéenne, comment n'ai-je pu remarquer l'ascension fulgurante de cette surdouée ?

Je me précipite sur le site de la FIDE à la rubrique "classement" et découvre qu'au 1er novembre 2015, Anjali n'est pas classée. La poursuite de ma recherche me conduit jusqu'au site chess4life qui affuble Anjali d'un classement de 1303 selon le mystérieux "Northwest Scholastic Chess Rating".  Lors du récent championnat du monde des moins de 10 ans, elle a terminé à une modeste 104ème place sur 111 participantes (WYCC U10). La jeune irlandaise n'a donc pas obtenu son diplôme sur la base de performances exceptionnelles en compétition et Carlsen peut se reposer sur ses lauriers encore un petit moment.

Après tout, il n'est pas indispensable d'être un joueur d'élite pour être un bon entraîneur.

Les missions du "Developmental Instructor" sont décrites dans  un document officiel intitulé  "FIDE_-_TRG_Regulations". En application de ces règles, Anjali devra propager l'amour des échecs auprès des jeunes et les conduire avec méthode à un niveau de compétition. Elle instruira les débutants, les joueurs de niveau intermédiaire et ceux qui pratiquent les échecs comme un loisir. Enfin, elle enseignera les échecs dans les écoles.

Une dernière précision pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure difficile de l'obtention de ce précieux diplôme : 50 Euros vous serons demandés pour le titre suivi de 30 Euros tous les quatre ans pour le renouvellement de l'habilitation. Si vous ne souhaitez pas en faire votre métier, je vous déconseille les grades supérieurs car la contribution financière est plus lourde.

Félicitons la jeune Anjali pour sa précocité et son implication pour la cause échiquéenne mais interrogeons-nous sur l'opportunité de décerner un tel diplôme à de si jeunes enfants.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017