Cliquez pour agrandir l'image

Oser descendre dans l'arène

dimanche 31 janvier 2016, 16:51

"Incroyable, Vishy Anand a été battu par Adrien Demuth."
"Par qui ?"
"Adrien Demuth, voyons ! Le 21ème joueur français."
"Ah oui, Adrien... Quelle performance !"
"Et ce n'est pas tout, Anand a aussi concédé deux nulles."
"Mais comment diable ont-ils pu se rencontrer ?"
"C'était à l'open de Gibraltar."
"Mais que fait un ancien champion du monde dans cet open ?"

Tel est le dialogue qu'auraient pu avoir deux amateurs d'échecs ce dimanche matin, au lendemain de la cinquième ronde de l'open de Gibraltar.

Les tournois d'échecs se divisent principalement en deux catégories : les tournois fermés et les opens. Les tournois à élimination directes ne concernent qu'un petit nombre de compétitions comme la coupe du monde organisée par la Fide. Les tournois fermés sont généralement réservés à une élite soigneusement sélectionnée par les organisateurs. Chaque joueur y rencontre tous ses adversaires. La grande majorité des tournois sont des opens, c'est à dire ouverts à tous les licenciés, qu'ils soient débutants ou champion du monde. Toutefois, pour éviter un trop grand écart de niveau, certains tournois sont saucissonnés par catégories Elo.

Les meilleurs mondiaux fréquentent rarement les opens. Il y a plusieurs raisons à cela. La principale est financière. Les tournois fermés sur invitation sont richement dotés, offrent des conditions de jeu plus que confortables et une meilleure visibilité médiatique. De leur coté, les opens proposent des primes d'engagement plus modestes et le champion se trouve noyé dans la masse des anonymes. Une autre raison à l'absence de l'élite dans les opens est la grande prise de risque associée à la confrontation avec des joueurs au classement modeste mais potentiellement dangereux sur une seule partie.

Gagner un open nécessite de réaliser un gros score en battant sans coup férir les joueurs supposés plus faibles et en neutralisant les favoris. Concéder une nulle ou pire une défaite contre un joueur classé plusieurs centaines de points en dessous de son propre classement, signifie reculer dans la hiérarchie mondiale et subir une traversée du désert qui se traduit par une  absence d'invitation dans les tournois fermés les plus prestigieux et aussi les plus lucratifs.

Les Grands Maîtres contraints d'écumer les opens pour assurer leur subsistance voient souvent leur classement elo fluctuer au grès de contre-performances épisodiques.

Depuis quelques années, des opens richement dotés se sont installés dans le paysage des tournois d'échecs. Les opens de Doha et de Gibraltar offrent désormais des conditions financières suffisantes pour attirer le gratin des échecs. Ainsi, plusieurs champions du monde sont descendus dans l'arène pour se frotter au commun des mortels. Mais, le passage des salons feutrés des tournois sur invitation au combat de rue des opens ne se fait pas impunément. Certains y ont laissé quelques plumes.

Lors de l'édition 2014 de l'open du Qatar, Vladimir Krammik a concédé deux parties nulles lors des deux premières rondes avant d'adapter son jeu et de partager la seconde place du classement final. Cette année, c'est le champion du monde en titre Magnus Carlsen qui, contre toute attente, a été accroché lors de la première ronde par la Maître International Nino Batsiashvili, avant de trouver son rythme et gagner le tournoi.

En ce début d'année, c'est à Gilbraltar que l'ancien champion du monde Vishy Anand paye son éloignement prolongé des opens. En concédant deux nulles lors des quatre premières rondes puis une cruelle défaite en prenant trop de risque lors de la cinquième, il montre que son style de jeu, si efficace pour affronter les meilleurs, n'est plus adapté pour assurer la victoire contre des joueurs d'un niveau plus modeste.

Sans préjuger de la fin du tournoi, gageons que la participation à cet open laissera un goût amer au champion indien. Souhaitons qu'il retrouve vite la confiance nécessaire pour jouer le rôle qui est le sien dans le prochain tournoi des candidats qui désignera le challenger du champion du monde en titre. Mais à cette occasion, il s'agira d'un tournoi fermé !

La photographie de John Saunders illustrant ce billet nous montre le début de la dramatique partie qui a opposée Vishy Anand à Adrien Demuth.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017