Cliquez pour agrandir l'image

Un heureux dénouement

samedi 9 avril 2016, 18:18

Comme dans un haletant thriller, le nom du vainqueur du tournoi des candidats a tardé à se dessiner. Plusieurs joueurs étaient encore en course pour la victoire finale à seulement deux rondes de la fin. L'heureux dénouement fût pour Sergey Karjakin qui a défait Fabiano Caruana son plus redoutable concurrent lors de l'ultime partie. Cet épilogue fût aussi  bienvenu pour le monde des échecs qui a frôlé la confusion d'une victoire partagée.

Un scénario plus obscur était en effet plausible lors cette dernière ronde. En cas de partie nulle entre les deux leaders et de victoire de Anand sur Svidler, trois joueurs auraient partagé la première place. Le but ultime de ce tournoi de qualification étant de désigner un challenger pour défier le champion du monde, un dilemme cornélien se serait alors posé.

Bien évidemment, la Fédération Internationale avait prévu de résoudre le problème par l'utilisation d'un système de départage. Si cette solution peut se concevoir lorsqu'il s'agit de répartir les prix, elle est inadaptée pour désigner un incontestable vainqueur.

Les systèmes de départage étaient dans l'ordre de prépondérance :
1) le résultat des rencontres directes entre les joueurs,
2) le nombre de victoires,
3) le système Sonneborn-Berger.

Il était évidemment possible d'envisager un choix bien pire : départage par l'âge ou par tirage au sort, certains farceurs auraient proposé la roulette russe, une méthode par élimination particulièrement appropriée à ce tournoi moscovite.

Vouloir départager les ex-aequo par n'importe quel moyen me remémore l'histoire des deux marcheurs soviétiques Andrey Perlov et Aleksandr Potashov qui franchirent la ligne d'arrivée enlacés. Ils furent départagés contre leur volonté au centième de seconde par la photo-finish. Potashov eut seul la médaille d'or au championnat du monde de Tokyo en 1991 mais l'histoire a retenu une émouvante victoire commune.

Mais revenons à notre noble jeu. Dans l'hypothèse d'un scénario à trois ex-aequo, Fabiano Caruana aurait été désigné vainqueur. Pourquoi pas. Le joueur américain est jeune et talentueux. Cette qualification au forceps n'aurait satisfait personne. Elle aurait été qualifiée par certains de chanceuse compte tenu de l'étroitesse de l'écart entre les compétiteurs. Sa légitimité aurait même pu être raillée en paraphrasant George Orwell : "Tous (...) sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres" (La ferme des animaux, 1945).

De mon point de vue, un départage sur l'échiquier aurait été nécessaire. Un match de parties rapides aurait dégagé un véritable vainqueur. Je ne suis pas favorable à l'accélération des cadences jusqu'à jouer des parties blitz qui s'éloignent trop de la cadence classique mais une cadence de 25 minutes par joueur avec 10 secondes d'incrément autorise des parties de qualité raisonnable au plus haut niveau.

Prévoir une journée de plus pour départager les joueurs ex-aequo en parties rapides complique évidemment l'organisation mais assure l'équité du résultat sportif. La Fédération Internationale devra certainement résoudre ce problème à l'avenir.

Le choix du système de départage a néanmoins eu une grande influence sur le déroulement de la dernière ronde car Karjakin était en position de force. N'ayant plus rien à espérer même en cas de victoire contre Svidler, Anand n'avait pas aucune raison de forcer sa chance avec les noirs; une partie nulle prévisible fût conclue. Même s'il est difficile de gagner une partie sur commande avec les noirs à ce niveau, Caruana se devait de maintenir suffisamment de tension pour conserver le maximum de chances de gain. La défense Sicilienne classique créant une forte dissymétrie était un choix risqué mais judicieux. C'est finalement une gaffe, parfaitement réfutée par son adversaire, qui a décidée de l'issue du tournoi. Les nerfs du Russe ont été plus solides que ceux de l'Américain.

Voici le dénouement tragique mais brillant d'un tournoi maîtrisé de bout en bout par Sergey Karjakin.



Le classement final s'établit ainsi :

1)  Sergey Karjakin  (8,5/14)
2)  Viswanathan Anand (7,5)
3)  Fabiano Caruana (7,5)
4)  Peter Svidler (7,0)
5)  Hikaru Nakamura (7,0)
6)  Levon Aronian (7,0)
7)  Anish Giri  (7,0)
8)  Veselin Topalov (4,5)

A l'issue de sa victoire, le nouveau challenger fût très entouré par la presse internationale (photographie du site officiel).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017