Riazantsev roule en Renault

mercredi 2 novembre 2016

S'il n'a plus le lustre des championnats d'Union Soviétique d'antan, le championnat de Russie demeure un évènement majeur de l'actualité échiquéenne. Auparavant, compte tenu du quota de joueurs sélectionnés par nation pour les tournois des candidats, certains prétendaient même qu'il était plus difficile de devenir champion d'URSS que d'être champion du monde. Cette année, le championnat de Russie a été boudé par quelques grands noms (notamment par Kramnik et Karjakin) mais il demeure le championnat national le plus fort du monde.

Cette année, la finale de la 69ème édition a été accueillie par la ville sibérienne de Novosibirsk et s'est achevée par la victoire d'un des entraîneurs de l'équipe nationale féminine russe Alexander Riazantsev (31 ans). L'ancien élève de Mark Dvoretsky récemment disparu a décroché la timbale avec le modeste score de 7/11 (3 victoires et 8 nulles). Les favoris Alexander Grischuk, Evgeny Tomashevsky et Peter Svidler ont du se contenter des accessits, échouant à démontrer leur supériorité sur leurs adversaires. Aucun des quatre premiers n'a concédé une seule défaite et Dmitry Kokarev, 11ème et avant dernier, n'a perdu que deux parties. Le tournoi s'est distingué par un nombre inhabituel de 48 parties nulles sur 66 parties jouées. Les 3ème, 7ème et 9ème rondes se sont achevées sans résultat décisif. Il n'y eu pourtant pas pléthore de nulles rapides. Il semble simplement que personne n'ait souhaité prendre des risques inconsidérés pour forcer le destin.

Personnellement, les parties nulles ne m'offusquent pas car je considère qu'il s'agit du résultat naturel d'une partie correctement jouée de part et d'autre. Néanmoins, j'apprécie que les protagonistes s'engagent dans un véritable combat pour gagner. Deux joueurs de haut niveau ne souhaitant prendre aucun risque peuvent aisément se neutraliser sans véritablement se mettre en danger. Le partage du point sera alors obtenu sans saveur, ni pour les joueurs, ni pour le public d'amateurs.

Lors de l'ultime ronde, alors que plusieurs joueurs étaient en course pour le titre, la prudence n'était plus de mise : quatre parties furent décisives ! Alexander Grischuk crût un moment conquérir le titre au départage avant que Riazantsev ne terrasse son adversaire du jour.

La partie de la dernière ronde qui a opposé Jakovenko à Riazantsev alors que les deux joueurs pouvaient prétendre au titre en cas de victoire illustre la volonté de vaincre des deux joueurs.



Le nouveau champion de Russie peut se réjouir. Il célèbre son titre, une coupe de champagne en main devant le dernier modèle de la Renault Captur qui récompense sa victoire dans le plus prestigieux des championnats nationaux (photographie issue du site de la fédération russe des échecs).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exercice tactique



© Alain Moal 2012-2019Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 8 juin 2019