Cliquez pour agrandir l'image

Chucky mate Magnus

lundi 2 janvier 2017, 18:25

La victoire de Vassily Ivanchuk lors des récents championnats du monde de parties rapides est de celles qui marquent les esprits des amateurs. A bientôt quarante-huit ans, l'Ukrainien est certainement un des joueurs les plus brillants que l'histoire des échecs ait connue. Il appartient à la génération qui a dominée les années 1990 et le début des années 2000 et qui s'est confrontée aux deux K (Karpov et Kasparov) au sommet de leur gloire. Si seul le talent échiquéen comptait, Ivanchuk aurait été champion du monde. Mais son instabilité psychologique l'a souvent trahie au moment du franchissement de la marche ultime.

Personnellement, j'ai le souvenir d'une prestation éblouissante qu'il réalisa lors d'une des dernières éditions du tournoi Melody Amber organisé à Nice par le mécène néerlandais Joop van Oosterom. C'était en 2010 ou en 2011. Ce jour là, les yeux dirigés vers le plafond ou fixant le premier rang de spectateurs, regardant sans voir, totalement absorbé dans la position qu'il analysait sans se préoccuper de l'échiquier, il avait sévèrement défait le jeune Magnus Carlsen en cadence rapide puis à l'aveugle.

Je me souviens aussi de ses allers-retours incessants entre l'ascenseur et la salle de jeu, hésitant à regagner sa chambre d'hôtel après une partie perdue, se murmurant des variantes, encore absorbé par la position ou il ne trouva pas le coup décisif. Il m'est apparu comme l'incarnation de la véritable dévotion aux échecs lorsque je l'ai croisé sur la promenade des Anglais accompagné de son secondant du moment, le relativement peu connu Grand-Maître mexicain Manuel León Hoyos, absorbé dans des pensées que l'on devinait connectées aux échecs, dans un monde qui lui est propre.

Une anecdote racontée par Joël Lautier dans une interview récente pour le site Chessbase a attiré mon attention car elle illustre l'immense respect que les meilleurs joueurs du monde ont pour le talent d'Ivanchuk :

"En 1992, Vishy (Anand) était à Moscou et Evgeny Bareev l'a invité à se joindre à nous pour une journée, à un de nos stages d'entraînement dans la banlieue de Moscou, dans les bois. Lorsque vous réunissez plusieurs Grand-Maîtres dans la même pièce, cela se termine souvent en une compétition de blitz, et cette fois ne fît pas exception. Vishy était dans une forme étincelante et nous a surclassé Evgeny et moi-même. Je n'étais pas un joueur de blitz moyen, ce fût à la fois un choc et une expérience douloureuse, que je me remémore encore aujourd'hui. Quand Vishy nous a vu démoralisés pendant le dîner qui a suivi, il nous a dit en souriant : "Ne vous en faites pas les gars, ce que je vous ai fait subir aujourd'hui en blitz, en temps normal, Chucky (Ivanchuk) me fait la même chose". Ce qui est drôle, c'est que je ne crois pas qu'il plaisantait !" (traduction en français)

Mais Ivanchuk est bien plus qu'un joueur d'échecs professionnel, il aime jouer, il aime résoudre. Pour preuve, alors que, malgré son absence, l'équipe d'Ukraine brillait aux Olympiades d'échecs, il participait dans l'anonymat, en simple amateur, à un tournoi de Dames en Pologne. Tournoi que son modeste niveau dans cette discipline (1940 elo) ne lui permettait ni de gagner, ni même d'inquiéter les favoris.

Aujourd'hui, Ivanchuk est moins souvent sous les feux de la rampe. Son classement en partie classique ne lui permet pas d'être invité régulièrement dans les tournois privés les plus prestigieux. Mais à chaque fois qu'il est confronté aux meilleurs, il se rappelle au bon souvenir de ses jeunes adversaires. Lors du championnat du monde de parties rapides qui s'est tenu à Doha en cette fin d'année 2016, il a de fort belle manière fait mordre la poussière au champion du monde en titre Magnus Carlsen.



Impressionné, Garry Kasparov tweeta : "La dernière fois que Vassily Ivanchuk a gagné Linarès, c'était il y a 21 ans. La première fois qu'il a gagné, Magnus Carlsen n'était pas encore né." (traduction en français)

La photographie qui illustre ce billet est extraite du site officiel du championnat du monde de parties rapides et de blitz.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017