Cliquez pour agrandir l'image

Les coups invisibles

dimanche 9 avril 2017, 16:05

Le livre d'Emmanuel Neiman et Yochanan Afek intitulé "Invisible Chess Moves", publié aux éditions New in Chess a été nommé "livre d'échecs de l'année" en 2011 par le site ChessCafe. Pour ceux que la langue de Shakespeare rebutent, sachez qu'une première édition de cet ouvrage est parue en français aux éditions Payot. La version anglaise a toutefois été améliorée et augmentée. Fût-ce longtemps après sa parution, il était de mon devoir d'examiner ce livre unanimement salué par la critique.

Chacun sait depuis l'avènement de nos compagnons de silicium que la lecture des livres d'échecs n'est plus essentielle à la progression du joueur de compétition. Aujourd'hui, beaucoup de jeunes joueurs se contentent, souvent avec succès, d'utiliser les bases de données et les logiciels pour parfaire leur maîtrise du jeu.

Néanmoins, se plonger dans un bon livre d'échecs permet d'élargir sa culture échiquéenne et de mieux comprendre les mécanismes qui régissent ce jeu complexe. Il procure au lecteur le plaisir de découvrir, guidé par les commentaires avisés des auteurs, les ressources cachées et l'esthétisme de certaines conceptions.

Je suis rarement enthousiaste avec une monographie sur les ouvertures ou un livre de répertoire entre les mains. A contrario, les ouvrages abordant des sujets complexes relatifs au milieu de jeu, aux finales ou aux aspects psychologiques de la pratique en compétition attirent mon attention. "Invisible Chess Moves" fait partie de cette catégorie de livres qui aborde la difficulté de perception de certaines positions pour le joueur humain. Les mécanismes psychologiques qui conduisent à commettre des erreurs grossières m'ont toujours intrigué. L'être humain est faillible et l'atteinte de la perfection est illusoire mais le joueur d'échecs de compétition se doit de minimiser le risque de se tromper. 

Neimann et Afek classent les coups difficiles à percevoir en différentes catégories. Parmi celles-ci, les coups en retrait, souvent occultés par le joueur humain, ont une place de choix.

Les exercices de la catégorie "blitz" du site Chess Tempo sont généralement des "petites combinaisons". Ils ne sont donc pas très difficiles mais doivent être résolus avec célérité. J'ai été surpris de ne pas résoudre l'exercice suivant en un clin d'oeil. Les couleurs de l'exercice d'origine ont été inversées pour mieux illustrer mon propos.



Le fameux coup d'attaque basé sur le recul d'une pièce a encore fait une victime !

Un autre exemple tiré d'une de mes parties jouée pendant le tournoi de Vaujany en 2012 aurait pu trouver sa place dans "Invisible Chess Moves". Après un début de tournoi intéressant (nulles avec les Maîtres Internationaux Christophe Philippe, Chi Minh NGuyen et Jean-Christophe Olivier), je m'étais incliné face au Maître International Roumain Ovidiu-Doru Foisor. A la septième ronde, à l'instar de mon adversaire, le Maître FIDE letton Toms Kantans,  j'avais besoin de me replacer dans la course à la norme. Connaissant mal les subtilités de l'ouverture, je me suis précipité dans un guet-apens qui a fait chuter de nombreux très bons joueurs (et qui fera sans doute d'autres victimes dans le futur). Ce piège aboutit au gain de la Dame au centre de l'échiquier alors que celle-ci semble avoir une multitude de cases de fuite. Cet exemple illustre bien les coups difficiles à percevoir pour le joueur humain.



Mon adversaire m'avouera après la partie avoir gagné plusieurs parties de façon identique. Cette partie facilement gagnée le conduira vers la norme de Maître International.

Malgré le grand intérêt que présente "Invisible Chess Moves", je me permets de formuler quelques critiques (mineures) :
  • la couverture est peu attrayante,
  • la mise en page des exercices est consommatrice de place,
  • le nombre d'exercices par thème est parfois insuffisant,
  • le niveau de difficulté des exercices est très disparate,
  • le classement des exercices par thème limite l'effet de surprise et facilite leur résolution.

Alerter le joueur d'échecs que certains coups peuvent être difficiles à envisager est très utile mais les conseils pratiques sur la façon de réduire ces aveuglements font défaut. La résolution régulière d'exercices de toute nature contribue à aiguiser la vision tactique. J'aurais apprécié que les auteurs évoquent une méthode d'entraînement adaptée.

L'excellent livre de Neiman et Afek met en lumière la difficulté de l'esprit humain à envisager des coups inhabituels, lorsqu'il est enfermé dans des schémas stéréotypés (pourtant utiles pour naviguer dans les positions complexes). Tout joueur de compétition doit en avoir conscience.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Retour

Accueil  |  Précédent  |  Suivant

Cliquez pour agrandir l'image

Abonnez-vous au flux RSS

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS

Partagez

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Billets publiés

2017
Le réveil de l'Afrique
Kasparov vaillant mais rouillé
Un Cavalier en prise
Jouer aux échecs pour maigrir ?
Les coups invisibles
Chucky mate Magnus

2016
La France rétrograde
Riazantsev roule en Renault
Deux garnements bafouent l'éthique
Que le meilleur gagne !
MVL tutoie les étoiles
Le sacrifice en h7 revisité
Kasparov défie les meilleurs
Un heureux dénouement
Candidats : première mi-temps
Oser descendre dans l'arène
Des Rois et des pions

2015
Un accessit en terre de glace
Entraîneur d'échecs diplômé ... à 8 ans !
Apprenons de nos parties blitz
Boris Gelfand écrit sur les échecs
Vaujany vs Morzine : second round
La palme de la défaite la plus idiote
Petit arrangement entre amis
La défaite la plus stupide de l'année
Pia Cramling, la perle venue du nord
Un sport de jeunes
Liquidation en finale de pions
Triste journée
Fatigue décisionnelle et épuisement de l'ego

2014
Nakamura blitze Aronian à Saint-Louis
Carlsen confirme son titre
Mon épopée au Cap d'Agde
Dame et Cavalier contre Dame et Fou
Des Olympiades septentrionales
Les échecs en Hongrie selon József Horvath
Concurrence alpestre
Lorsque le Fou domine le Cavalier
Un décor éblouissant
Tous derrière et lui devant !
Triomphe de Motylev, déroute de Elo
Tour et pion(s) contre Dame
Trop tôt disparus
Un beau sacrifice de qualité positionnel
Honneur aux vétérans !

2013
Un calendrier incompréhensible
Le nouveau Roi va-t'il imposer son style ?
Le jour où la France a failli être championne
Des Cavaliers et des pions sur la même aile
La force des maîtres du passé
Les échecs à la montagne
Cogitations estivales
Bases de parties : anges ou démons
Clichy champion, comme d'habitude !
Une finale embarrassante
Fatigué, approximatif mais décisif
Carlsen joue à qui perd gagne
Candidats : le premier sang est versé
Tournoi des candidats, une tradition renouvelée
Selon que vous serez puissant ou misérable
Défaillance technique à Wijk aan Zee
Magnus Carlsen prend de la hauteur
Créativité contre pragmatisme

2012
Une championne du monde inattendue
Eugenio Torre, l'ami de Bobby Fischer
Certaines cadences de jeu sont archaïques
Tour contre Tour et Cavalier
Un jeune organisateur de tournoi rapide
Coupe d'Europe : où sont les clubs français ?
L'étoile Topalov brille de nouveau
Gelfand dévoile sa préparation
Olympiades : une partie décisive
Une finale imperdable
Olympiades : les grands absents
Finale de Tours au championnat du monde
Russie : pas assez de spectacle ?
Echecs et télévision
Trop fort. Vous n'avez plus le droit de jouer !
Une brillante attaque
Bienne : Carlsen ou Wang Hao ?
Les grands principes sont bafoués
Un sauvetage improbable

Exercice tactique


© Alain Moal 2012-2017Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : samedi 4 novembre 2017